• Cadeaux-Réclames.....

     

    Monsieur Ferrieux passe la porte que maman lui ouvre toute grande ,

    gras et transpirant les trois étages péniblement gravis ,un lourd carton de provisions serré sur sa bedaine  dissimulant aux trois quarts sa bonne bouille rubiconde .
    Soufflant à rendre l'âme , il laisse tomber son fardeau sur la toile cirée de la table préalablement débarrassée de tout obstacle avant de s'écrouler de tout son poids sur la chaise que maman lui glisse prestement sous son énorme postérieur .
    Dans un râle d'agonisant , il sort un large mouchoir à carreaux d'une poche de sa blouse grise et entreprend de s'éponger à deux mains , incapable d'articuler autre chose qu'un chuintement de locomotive à vapeur en fin de course. .
    Peu à peu , il reprend vie , son souffle un semblant de régularité , il replie soigneusement son quarré d'étoffe douteux , promène à la ronde un regard bovin et dans un grand sourire bonhomme il parle enfin :

    C'est toujours aussi haut chez vous ma p'tite dame ! Cà va ti comme vous voulez d'puis la dernière fois ???.

    Monsieur Ferrieux c'est l'épicier de la rue de l'Union , il nous livre tous les samedis , à bord de sa fourgonnette Citroën , le ravitaillement de la semaine suivant une liste que maman lui a préparée en détail au préalable.. .
    Sans plus attendre , nous nous jetons tels des morts-de-faim sur la précieuse cargaison sous l'œil débonnaire du gros homme et la molle sévérité des protestations maternelles .

    Une à une nous sortons les victuailles multicolores à la recherche d'improbables friandises peut-être , mais plus sûrement en quête de ce que nous attendons huit jours durant , les cadeaux-réclames , aujourd'hui on dirait les objets de promotion publicitaire .... images d'Epinal désuètes du chocolat Poulain ou autre illustrant les chansonnettes à la mode ou les soldats de l'armée Napoléonienne en grand uniforme que nous collectionnons soigneusement ,collées à leur place dans leurs albums respectifs à l'effigie des grandes marques généreuses .... cahiers , protège-cahiers Amora ( la grande moutarde ) avec tables des multiplications et divisions au verso , gommes , buvards , crayons et taille-crayons à l'époque de la rentrée des classes .... billes , figurines de plastique , petites voitures , visières ou autres toute l'année .
    Trésors que l'on se dispute , que l'on se chipe , que l'on se cache , que l'on s'échange avec des mines de conspirateurs dans la cour de récré .
    Fébrilement  , nous déchirons les papiers argentés des tablettes de chocolat ,ouvrons les boites de Guigoz  ou de Banania , plongeons les mains dans la lessive en poudre , ivres de joie à chaque découverte , divines surprises ponctuées de rires de pleurs et de cris .... fabuleux moments de bonheur qui cinquante ans plus tard me font souvenir avec tendresse de Monsieur Ferrieux .

     


    <?xml:namespace prefix = o /><o:p> 
    </o:p>
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :